Article Argentine (Nord)

C’est avec un pincement au cœur que nous disons au revoir à notre premier continent. Nous concluons ainsi notre aventure africaine par l’Afrique du Sud où nous avons passé quelques jours à Johannesburg. Mi-février, nous embarquons donc à bord de notre tout premier long vol : Johannesburg – Buenos Aires. Et avec notre poisse ancestrale, nous nous retrouvons avec les deux seuls sièges de l’avion sans télé ! Tant pis, nous en profitons pour avancer dans notre travail et nos différents compte-rendu. 

150 chansons écoutées, 478 pages lues (pour Loïs) et 8 épisodes Netflix (pour Mathilde) plus tard, nous atterrissons dans notre première capitale d’Amérique du Sud, Buenos Aires. Bien loin de Dakar, Dar Es Salaam ou encore Moshi, nous retrouvons avec une certaine émotion, cette ambiance occidentale propre à l’Argentine. Nous décidons d’y rester une petite semaine. Au programme : découverte de la ville, finalisation des travaux sur l’Afrique, rencontre avec la Fondation Pescar et planification de nos trois mois en Amérique du Sud. Mathilde, la reine de l’organisation nous prépare un petit planning réglé comme du papier à musique!

Nous sommes accueillies et hébergées par Ezequiel (un Argentin) pour nos premiers jours, grâce à Couchsurfing. Cette application est l’une de nos préférées depuis le début de notre voyage ! Elle met en contact des voyageurs cherchant à s’héberger gratuitement et des locaux offrant un bout de jardin, un canapé et parfois même un lit. Cette appli nous a permis de faire de belles rencontres, d’échanger avec des locaux, de partager leur table et dans ce cas-ci de relancer notre espagnol. Listo ? Nous profitons aussi de la gentillesse de Fernando (un ami) qui nous prête son appartement quelques jours en plein Palermo (quartier coup de cœur de Loïs) ! Nous passons nos premiers jours à visiter la ville et à se balader dans différents quartiers (Recoleta, La Boca…). Nous ne pouvons-nous empêcher de faire le rapprochement avec Madrid (les canas en moins !). Nous en profitons aussi pour nous initier à la gastronomie Argentine. Fini le riz et le poulet Africain, à nous les empanadas et la bonne viande juteuse ! 

Trêve de plaisanteries, parlons bien, parlons sérieux : nous passons quelques jours aux côtés de la Fondacion Pescar qui travaille main dans la main avec la Fondation L’Oréal et ses bureaux Argentins. Les deux équipes ont mis en place le programme « Belleza por un Futuro » offrant des formations aux métiers de la beauté. En bref, il accompagne des dizaines de femmes tous les ans avec leurs ateliers de coiffeurs, maquilleurs professionnalisant ouverts dans toute l’Argentine. Nous sommes accueillies par Lucinda (responsable du programme du côté Pescar) qui nous explique leurs programmes, leur processus de sélection ainsi que leurs différents challenges. Après des débuts approximatifs (notre espagnol est à la traine) la machine se met doucement en route.

Nous commençons par leur processus de recrutement et assistons aux entretiens menés par les volontaires. Nous avons été très impressionnées pas le sérieux et la rigueur appliqués lors de la sélection des bénéficiaires. Les potentielles étudiantes passent différents tours d’entretiens et de tests afin d’évaluer leur sérieux. Le profil des femmes varie beaucoup et encore plus d’une région à l’autre mais elles possèdent toutes un dénominateur commun : vivre dans une certaine précarité. Leurs profils doivent aussi répondre à certains critères afin d’être sélectionnées : peu ou pas de revenus, avoir un intérêt pour les métiers de la beauté etc… 

Nous arrivons lors d’une semaine chargée pour la Fondacion. En effet, le programme croule sous les candidatures et donc sous les entretiens – tendance à la hausse due à la crise et à la récession qui sévit en Argentine depuis quelques années. En pleine expansion, Lucinda profite de notre passage pour nous faire visiter leurs nouveaux locaux dotés de véritables chaises de coiffeur, équipés d’une salle d’ordinateurs afin d’initier leurs bénéficiaires aux outils nécessaires à la bonne tenue d’un salon de beauté (comptabilité, stock à gérer). L’Oréal fournit les matières premières nécessaires aux ateliers (maquillage, shampoing etc) ainsi que les formateurs. Nous assistons aussi à la délibération de l’équipe et échangeons avec les différents membres afin de mieux comprendre ce qu’ils recherchent chez une femme et les différents facteurs sur lesquels ils basent leurs décisions. Ces moments passés avec Belleza por un Futuro nous ont permis d’appréhender et de comprendre les implications pratiques liées à la phase 1 d’une association : le recrutement des bénéficiaires.   

Enfin nous terminons notre visite en compagnie des diplômées du programme de l’année dernière. Nous avons échangé avec elles sur l’apport du programme dans leur vie : l’indépendance financière. 

Après notre semaine passée à Buenos Aires, nous prenons notre premier bus d’Amérique du Sud (et certainement pas le dernier) direction le Nord et plus précisément, les chutes d’Iguazu ! Nous y restons une journée, juste assez pour apprécier ce magnifique paysage. Mathilde est cependant un peu déçue. En effet, le site est extrêmement touristique et gâche un peu le côté majestueux des chutes.

Nous reprenons ensuite la route direction Salta la Linda – au Nord-Ouest du pays – à environ 1800 kms des chutes. Nous y avons rendez-vous avec ProMujer, une superbe association présente dans de nombreux pays Sud-Américain. Nous tentons nos premières expériences « al dedo » (en stop) et ce n’est pas de tout repos. Nous sommes trimballées avec nos gros sacs de voitures en voitures, déposées sur le bord de la route, dans une station essence ou encore au poste de police d’un tout petit village. Cela nous permet aussi de progresser à vitesse grand V en espagnol et d’ingérer des litres et des litres de Maté (boisson typique). Après une journée de voyage, des heures d’attentes (et parfois de découragement), six voitures et un camion nous atteignons enfin notre destination finale. Nous y découvrons une ville bien plus importante que nous imaginions avec un charme fou.

Nous reprenons la route dès le lendemain matin pour aller à la rencontre de femmes dans des villages reculés : Iruya, Humahuaca ou encore Tilcara. Ces petits villages sont accrochés à flanc de montagne et il est parfois nécessaire de faire 3-4h de bus pour s’y rendre. Ni une ni deux, nous sautons dans un bus pour rejoindre le plus reculé, à savoir Iruya. Les routes sont en terre et le vieux bus tangue et risque de se renverser à chaque tournant ! Certains passagers préfèrent fermer les yeux… Grave erreur, le paysage est splendide ! Arrivées dans ces petits villages, nous y faisons de magnifiques et surprenantes rencontres. Ces femmes du bout du monde ont des histoires et des vies très atypiques et plus passionnantes les unes et les autres.

Nous en profitons pour passer notre première nuit en tente sur le continent Américain. Et ce fut… notre pire nuit du voyage ! A près de 3000 mètres d’altitude, le thermomètre descend en dessous des 5° et nous ne sommes pas du tout équipées pour de telles températures. Nous manquons d’y laisser nos orteils ! Heureusement, les découvertes du lendemain nous font vite oublier ces heures compliquées. Nous passons notre après-midi à contempler la Montagne des 14 Couleurs. Et elle porte très bien son nom : le rouge, orange, jaune mais aussi gris, bleu et vert s’y mêlent. L’altitude nous monte à la tête et rajoute un peu de sensations fortes à cette escapade ! 

Nous traversons de nombreux parcs naturels qui bordent la Ruta 40 (elle traverse l’Argentine du Nord au Sud). Dangereuse par endroits, elles nous en ont fait voir de toutes les couleurs (au sens littéral et figuré du terme) et nous en avons fait les frais plusieurs fois.  En effet, malines comme pas deux, nous nous lançons dans la traversée – de nuit – d’un parc naturel (à plus de 4000m d’altitude). Une route de montagne non goudronnée, une réserve d’essence aux ¾ vide, le tout accompagné d’un brouillard à couper au couteau : nous ne sommes pas sereines du tout ! Mathilde s’est débrouillée comme une cheffe (à quand son entrée sur le circuit F1 ?). 

Nous parcourons ainsi le parc de Las Quebradas de Las Flechas. Ces roches rouges en forme de flèches et ces canyons s’apparentent aux parcs naturels d’Amérique du Nord. Nous ne nous lassons pas de ces paysages rudes et haut en couleurs. Nous en profitons pour passer notre première nuit en tente sur le continent Américain. Et ce fut… notre pire nuit du voyage ! A près de 3000 mètres d’altitude, le thermomètre descend en dessous des 5° et nous ne sommes pas du tout équipées pour de telles températures. Nous manquons d’y laisser nos orteils ! Heureusement, les découvertes du lendemain nous font vite oublier ces heures compliquées. Nous passons notre après-midi à contempler la Montagne des 14 Couleurs. Et elle porte très bien son nom : le rouge, orange, jaune mais aussi gris, bleu et vert s’y mêlent. L’altitude nous monte à la tête et rajoute un peu de sensations fortes à cette escapade ! 

Après quelques jours passés dans ces montagnes Andines nous retournons à Salta. Nous y avons rendez-vous avec ProMujer. Cette association offre des programmes d’inclusion financière ainsi qu’un suivi médical aux femmes à faible revenu de la région Nord d’Argentine. Elle offre ainsi des microcrédits, un accompagnement et des formations professionnelles aux femmes souhaitant réaliser leur projet entrepreneurial. ProMujer c’est plus de 17000 bénéficiaires en Argentine réparties en groupe de 10 à 20 femmes. Ces groupes se réunissent chaque semaine autour d’un tuteur étudiant les progrès de chacune et la bonne tenue des microentreprises. Les bénéficiaires tiennent des entreprises dans des secteurs extrêmement différents : l’une a ouvert une sandwicheria, l’autre fabrique des produits d’entretien, une autre tient une petite bijouterie artisanale, la dernière est masseuse. Nous échangeons longuement avec Mariela, en charge du programme, qui nous explique les différentes étapes du programme : cours de comptabilité, gestion des stocks, des prix mais aussi gestion de son argent et groupe de crédit. Nous visitons et assistons aux cours d’un de leur nombreux centre. Le centre est plein et les salles de classe débordent. On ne lésine pas chez ProMujer ! Elle nous fait aussi part de la dernière initiative : le centre de santé. En plus d’accompagner ces femmes financièrement un suivi santé est désormais disponible (offert aussi à leurs enfants) et de grandes campagnes de dépistages sont mises en place. Rien que l’année dernière, elles ont dépisté de nombreux cancers du sein et ont permis à ces femmes de le prendre à temps.

Cette association intervient aussi dans d’autres pays que nous allons visiter (Pérou et Bolivie). Etablie depuis 2005 en Argentine, ProMujer nous a beaucoup impressionné par la qualité des services proposés et le nombre de bénéficiaires accompagnés chaque année. 

Après quelques jours passés à Salta, nous reprenons nos gros sacs, nos sacs de couchage et notre tente pour nous diriger vers Mendoza – grosse ville située au cœur de la route des vins. Nous y faisons un passage éclair avant de descendre vers le sud dans cette région tant appréciée d’Argentine et du Chili – la Patagonie. 

Mais nous n’allons pas tout vous dévoiler d’un coup… Cela serait trop beau ! La suite au prochain épisode ! 

La team du Women Tour vous embrasse ! 

Math & Lolo 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 27 =